Bienvenue sur


Mardis 15 Mai et 5 Juin 2007
Enviado el 22 mai 2007 à 21:05:58 CEST
Compte-rendu de la séance précédente Lors de ces 2 soirées, nous avons pu bénéficier de près de 3 heures de projection sur:
le chemin de Saint-Jacques de Compostelle
  • Sur le chemin, vidéo de 52 minutes de Maurice Boury.
    Du Puy-en-Velay à Conques, ce n'est que la première étape du peuple en marche depuis le Moyen-Age sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle. 4 routes dont la principale, la voie Podiensis, qui part du Puy. De nombreuses rencontres  et des interviews comme celui de Stéphane, le jeune allemand qui a déjà fait 900 km en 53 jours avec son chien. Le GR 65 passe alors à 1030 mètres, avant Saint-Roch de Monbonnet. Puis Saint-Privas d'Allier, Rochelude dans le Gévaudan, avec un vent furieux et glacial qui ne gêne pas Xavier le suisse. Monistrol d'Allier, la chapelle de la Madeleine, Montaur et le fabricant de bâtons qui n'en vend pas beaucoup car les pélerins sont déjà équipés. Saugues-en-Marjeride, le village de la Clauze, le domaine du Sauvage à 1300 mètres. A la ferme du Barry, on prépare l'Alligou. Dans les paysages dépouillés d'Aubrac, on évoque la Tomme du Cantal qui va disparaître à cause de l'Europe. Après la cascade du Déroc, on rencontre le maréchal-ferrant itinérant, le jeune joueur de guitare qui dort dans son hamac, celui qui retrouve Jean pour lui transmettre une lettre, celui qui a 82 ans et 6 mois . Et l'atmosphère conviviale des gîtes d'étape et des bons petits plats récupérateurs. Saint-Chély d'Aubrac, le gîte del Roumiou, Saint-Côme d'Olt, les pélerins de Fontainebleau qui pique-niquent. Estaing, et Sainte-Foy-de-Conques, un temps fort chez ces prémontrés qui appliquent le règle de Saint-Augustin avant que frère Jean-Daniel nous régale d'un morceau d'orgue illustré par de superbes images nocturnes de la cathédrale. La rosée et le brouillard s'invitent après les paysages inoubliables au sein d'une faune et d'une flore intactes dans cette marche qui est aussi intérieure. Le plus beau des pélérinages étant celui qui nous attend.
    Ce film peut être vu en version courte sur ce lien:
    http://cjmker.free.fr/realites/sur-le-chemin_avec-controle.htm

  • Quand sifflait le Rive Bleu Express, vidéo de 15' de Bernard Francke.
    Un train de plaisir, un des plus beaux trains touristiques d'Europe qui cheminait sur la rive sud du Léman jusqu'aux années 1998 et qui a été sacrifié sur l'autel de la rentabilité malgré le patrimoine que représente ce véritable musée vivant et le dévouement des associations qui essaient de maintenir la ligne.
    En 1994, il allait de Bouveret-en-Valais à Saint-Gingolf en Suisse jusqu'à Evian. Les problèmes financiers résolus du côté suisse ne l'ont pas été du côté français et l'entretien de la ligne n'a pu s'effectuer malgré les 40000 touristes qui l'ont fréquenté en 6 ans. Si bien qu'en Septembre 1998 après diverses péripéties et un sursis provoqué par la diffusion de ce film, la fermeture de la voie française a entraîné l'arrêt total de ce patrimoine historique et ferroviaire. 12 ans d'exploitation avant le De Profondis final.
    Il reste un film attachant, aux images bien léchées et au commentaire sobre malgré le problème qu'il pose sans pouvoir le résoudre.

  • Paris Nord dans le match, vidéo de Bernard Francke.
    C'est la finale de la Coupe du Monde entre la France et le Brésil au Stade de France, c'est aussi une épreuve pour les cheminots de Paris-Nord qui doivent convoyer dans les 2 sens un flot de spectateurs dans un temps très court.
    On assiste avec intérêt aux problèmes ferroviaires et aux diverses opérations pour les résoudre. Le tout agrémenté d'images d'archives que l'on revoit avec plaisir d'autant que c'était une victoire française, tant sportive que pour la SNCF qui s'est brillament tirée d'une situation exceptionnelle. Les événements ultérieurs au Grand Stade ont sans doute entrainé la répétition de la prouesse technique, qui n'était donc qu'une répétition.
    Un film intéressant même pour ceux qui n'aiment pas le foot et ceux qui sont étrangers au rail.
    Dommage que les images picorées ça et là empêchent une diffusion méritée.

  • Poussières de rue, vidéo de 27' de Michel Pouillot, AVM Vaucresson.
    La gare de Bagkok: on reste donc dans le sujet de la soirée. Et ses nuées d'enfants avec tous les problèmes que ça entraîne, notamment avec la drogue et la colle qui est sniffée à longueur de journée dans les compartiments désertés.. Des questions sont posées mais la solution est loin d'être trouvée malgré le dévouement d'associations humanitaires qui travaillent sur le bitume et la bonne conscience universelle. Ces gamins sont à la dérive, certes; il reste que les comparer à la poussière est un tantinet péjoratif. Le film garde ses qualités malgré une longueur qui ne l'avantage pas.
  • Le DVD de démonstration de la Vie en Vo, Ploermeur près de Lorient.
    Guillaume Momont met ses talents et son matériel à disposition pour toutes copies de films et réalisations de DVD et de cassettes DV. Le CCAM a eu recours à ses services et son président a pu faire sa connaissance au mois de Juin. La réalisation d'un  DVD à partir des films club 16mm de 1959 à 1984 a été une expérience bénéfique. Les membres du CCAM et les membres des autres clubs pourront ainsi avoir copie de "Mantes-la-Jolie en 1959", documentaire de près de 50 ans. Les 3 autres films sont des scénarii-club :"Sacré Charlemagne" datant de 1973, "Félix" datant de 1980 et médaille d'Or à la Coupe de L'Amitié, enfin "Maclou" de 1982.

  • Colégram, vidéo de 13' de Dominique Desbureaux, Lille Métropole Ciné Vidéo.
    L'auteur, écologiste dans l'âme et dans ses réalisations et qui se met en scène comme Hitchcock, nous donne les recettes pour attirer les acteurs ailés dans son jardin: gîte, nichoir à hauteur de tête, piscine, mangeoire, boules de graisse.
    Et ceux-ci sont au rendez-vous, du moins chez lui.
    Les mésanges charbonnières à la cravate noire et au cri de crécelle investissent le nichoir dont une des parois a été remplacée par un vitre: elles arrivent, ventriloques, à manifester leur arrivée, même le bec plein. Et on assiste ainsi au repas des petits comme si on y était. Pendant les 3 semaines de ce maternage,elles rapportent pas moins  de 10000 vers, chenilles et insectes. Qui les a comptés ?
    Le pivert (ou pic-vert) investit aussi les troncs d'arbres des jardins en quête de fourmis qu'il va chercher avec sa langue de 10 cm. Le mâle a la moustache rouge et la femelle noire, Il apporte 200g quotidiens à ses petits.
    Le pic épeiche est lui noir et blanc avec un croupion rouge.
    Inutile de dire que dans mon jardin, il y a les fourmis mais pas les pics: ce sont les merles qui picorent dans les fourmilières en sautillant pour leur échapper  quiand elles montent sur les pattes.
    Le premier envol a lieu vers le 21ème jour; les mésanges savent d'emblée voler et se lancer dans l'inconnu, les petits pics plus prudents sont extraits par la ruse des parents qui leur tendent la nourriture de plus en plus à l'extérieur.
    Et le nourissage continue dans le jardin.
    Techniquement, l'image est parfaite, de nombreux gros plans, une musique qui n'est pas un simple accompagnement. Et un commentaire sobre, travaillé sans être didactique, humoristique et bien dit par la voix d'Agnès Delbarre.Seule la voix du chat dénote un peu. Sa présence apporte t'elle quelquechose ?
    Au total, un excellent film qui mérite une ample diffusion.

  • Vers Compostelle , suite n°1:  de Figeac à Lectoure, vidéo de 57 minutes de Maurice Boury tournée en Septembre 2005. Ca grimpe dès le départ et il reste 1271 km à parcourir à pied. Jacques au nom prédestiné s'est joint au groupe avec son appareil photo, à porter lui aussi. Edith et Christian viennent de Lorient, une coquille trouvée à Ethel arrimée au sac à dos qui ira jusqu'à Compostelle si Dieu le veut. Les rencontres se succèdent: Jean Le François, Bernard ainsi que les étapes tout au long du GR 65: Faycelles, village de Béduer, Yves au camping Pech-Ivert, Yves et Thérèse à Cajarc, Miguel et son bâton, Guy, le diacre de Beauvais qui a emmené son écusson, Raymond, puis Chantal qui vient de La Réunion. On passe le Lot au pont de Gaillac, avant les Gloriettes, le lavoir de Varères, le mas de Cérès. Elie, 94 ans et sa femme Louise, 84 ans échangent quelques phrases avec les pélerins qui passent à leur porte. Cahors et son pont Valentré, sa cathédrale Saint-Etienne. Un groupe d'Allemands de Wiesbaden cheminent avec leur prêtre. Labastide Marnhac, la chapelle Saint-Jean. A Montcuq, Monique et Hervé sont hospitaliers au Souleillou: car ils ont fait l'intégralité du chemin, Diane qui marche en solitaire. Moissac est un temps fort, non pas à cause de sa fête des fruits, mais de par son architecture, sa sculpture et son cloître roman, patrimoine de l'Unesco; dans la cathédrale à 18 h, les soeurs chantent les vêpres avec ceux qui passent. La Garonne est franchie, le village de Autvillar le bien nommé atteint. Rencontre de Guy le belge, de15 médecins nutritionnistes qui vont d'étape en étape en chantant. La cathédrale Saint-Gervais de Lectoure est le point final pour cette année, dans un remerciement et l'espérance d'une continuation de ce chemin de lumière.
    J'insiste sur la qualité du film aux  images fort stables, de la musique d'accompagnement, sur la prouesse de la réalisation qui implique un chargement supplémentaire avec le camescope et des arrêts prises de vues innombrables: paysages, fruits,fleurs, animaux petits et gros sans compter les interviews dans des dialogues qui savent oublier la caméra. Comme la marche, ce film est une prouesse.
    Il peut être vu en version courte sur ce lien:
    http://cjmker.free.fr/realites/sur-le-chemin-2_avec-controle.htm

  • Vers Compostelle, suite n°2 de Lectoure à Saint-Jean Pied de Port.
    Un an après, en Septembre 2006, une marche de 280 km en 16 étapes. D'emblée une chaleur de 33 puis 38°; le sac à dos est bien lourd pour arriver à La Romieu et son cloître du 14e. Angéline a beau raconter sa légende des chats, le lendemain, il fera 40° à l'aube. Halte dans une chapelle romane où l'on tire la cloche pour signaler son passage. Au 3e jour, c'est Condom à la cathédrale d'une belle lumière intérieure. Larresingle est le plus petit village fortifié de France. Au pont d'Artigue, on est à 1000 km du but. A Montréal du Gers, une chorale répète le chant de John Littleton:"Seigneur, nous arrivons des 4 points de l'horizon dans ta maison...". Plus loin, on rencontre Louis et ses 35 km par jour, Xavier qui tire sa charette en réfléchissant au sens de la vie. Toujours la chaleur: une préparation au chemin espagnol ? La cathédrale Saint-Lupaire et sa nef de 50m. Rencontre avec Jaqui qui personnalise les crédentiales, Selma qui reprend goût à la vie. Au 6e jour, c'est le brouillard avant la traversée de la forêt d'Aire-sur-Adour. Rencontre avec des Québéquois, Guy et Marie-Ange, avec Lysane et son étoile. Retour de la chaleur dans les Landes. Jean-Michel voit arriver toutes les nationalités, toutes les religions et fait mettre à certains pour connaître leurs motivations un billet de 3 mots dans un pot qu'il analysera plus tard. Au 8e jour, c''est le Béarn: rencontre avec Kalou qui a perdu toute sa famille mais a trouvé la paix à Finistère: il revient à pied avant d'envisager comme d'autres, de nouveaux pélérinages jusqu'à Jérusalem.. Ceux qui auront accompli 3 pélérinages et parcouru plus de 5000 km à pied seront désignés les "gardiens du chemin". Arsacq accueille ce soir là 62 marcheurs. Au 9e jour, c'est le brouillard pour passer l'arche du pélerin. Le lendemain ,c'est la pluie. 2 jours plus tard, c'est la tempête et 14° vers Navarrenx. Au 14e jour, la chapellle d'Olhaïby, son gardien  et son retable. Après les nuages de fourmis volantes, c'est Saint-Palais. Philippe marche avec son défibrillateur en tirant sa charrette. Les croix et crucifix se succèdent, puis la stèle de Gibraltar qui marque la réunion des 3 chemins français. Le silence, les vautours, les montagnes aux environs d'Ostabat. Du chant basque à la veillée. Et le 16e jour, au delà de Saint-Jean-le-Vieux, apparaît Saint-Jean-Pied-de-Port, l'étape qui précède Roncevaux, son monastère perché en haut du col. C'est le retour à la vie ordinaire pour les 23710 pélerins de 2005, chiffre multiplié par 3 en 6 ans. C'est le terme pour cette année d'une recherche de l'essentiel, d'une contemplation et d'une découverte au hasard des réflexions et des rencontres. C'est un grand moment de cinéma tout au long des 58 minutes d'une oeuvre chaude toute empreinte de spiritualité et d'un maintien constant de l'intérêt..
    Ce film peut être vu en version courte sur ce lien:
    http://cjmker.free.fr/realites/sur-le-chemin-3_avec-controle.htm 

 
Identification
Surnom/Pseudo

Mot de Passe

Vous n'avez pas encore de compte?
Enregistrez vous !
En tant que membre enregistré, vous bénéficierez de privilèges tels que: changer le thème de l'interface, modifier la disposition des commentaires, signer vos interventions, ...

Liens connexes
· Plus à propos de Compte-rendu de la séance précédente
· Nouvelles transmises par Bernard


L'article le plus lu à propos de Compte-rendu de la séance précédente:
Mardi 19 Avril 2005


Article Rating
Average Score: 0
Votes: 0

Please take a second and vote for this article:

Excellent
Very Good
Good
Regular
Bad


Options

 Format imprimable Format imprimable


"Mardis 15 Mai et 5 Juin 2007" | Connexion/Créer un compte | 0 commentaires
Les commentaires sont la propriété de leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leurs contenus !

Les commentaires anonymes ne sont pas autorisés, veuillez vous enregistrer
All logos and trademarks in this site are property of their respective owner. The comments are property of their posters, all the rest © 2005 by me.
You can syndicate our news using the file backend.php or ultramode.txt
PHP-Nuke Copyright © 2005 by Francisco Burzi. This is free software, and you may redistribute it under the GPL. PHP-Nuke comes with absolutely no warranty, for details, see the license.
_PAGEGENERATION 0.29 _SECONDS